Retour à la page d'accueil

Racheter sa police

Article modifié le 21 août 2017.

Une demande de rachat de police est le plus souvent liée à un arrêt du prêt hypothécaire couvert par le contrat.

Les causes varient : divorce, rachat de prêt dans une autre institution, remboursement sans rachat suite à donation par exemple, etc.




Comme cette cause intervient en cours de contrat, il est normal de se dire qu’on peut récupérer ce qui a été anticipativement payé. C’est logique, mais pas sans conséquences. Tout dépend du mode de paiement de la prime.


Si vous payez vos primes annuellement (ou de manière fractionnée)

Dans ce cas, n’escomptez (quasi) rien du rachat de votre contrat et ce, pour 3 raisons ;

- Les frais administratifs liés au contrat sont incompressibles
- La prime est souvent de faible ampleur
- Les primes payées ont déjà couvert un risque passé

Mieux vaut donc opter pour un transfert ou une modification du contrat. Nous sommes à votre service pour cela.

Si vous avez payé une prime unique, il en va autrement.

Vous pouvez récupérer une partie de la prime. Ici, un calcul actuariel tiendra compte des frais, de la durée résiduelle, de la fiscalité à éventuellement rembourser, etc. Soyons clairs : en général, ce n’est pas une bonne opération. Mais par défaut, si l’assurance n’est plus utile, pourquoi la maintenir en vie ? Par contre, dans le cas d’un rachat de prêt auprès d’une autre institution, nous vous suggérons de l’y transférer, quitte à souscrire une assurance complémentaire.

14 octobre : AG AFER Europe
19 octobre : Salon HOPE à Namur
15 janvier 2019
AFER Europe : 2,25 % nets pour 2018 !
Les adhérents au contrat AFER Europe ont encore été bien servis en 2018. Avec un taux nets de 2,25 % sur sa branche 21 à capital et intérêts garantis, le (...)
Lire la suite.
Voir toutes les actualités
Contact | Plan du site | Recherche | Un site propulsé par SPIP et mis en toile par Vivao