Ligne bleue | AFER Europe : versements familiaux
Retour à la page d'accueil

AFER Europe : versements familiaux

Article rédigé le 29 juin 2018

Comme prĂ©cisĂ© dans notre article connexe, depuis quelques temps dĂ©jĂ , il n’est plus possible pour un adhĂ©rent (ou non) de verser sur le contrat d’une personne autre qu’un enfant mineur, et pour autant que celui qui verse soit le parent direct (père / mère) de l’enfant.

Cette situation désole certains grands-parents qui effectuaient parfois discrètement quelques menus versements sur le contrat de leurs petits-enfants, espérant leur faire une surprise pour plus tard. Même chose pour les parents qui voulaient donner un coup de pouce à leur enfant majeur, ou ce parrain, cette marraine qui voulaient faire pareil. Etc. Bref, des opérations qui, en soi et tant quelle restaient dans un cadre familial normal, ne pouvaient être considérées que comme évidente pour tout un chacun.

Sauf que non car l’assureur Aviva ne l’entend pas de cette oreille.

LĂ©gislation anti-blanchiment

L’assureur se retranche en effet derrière la lĂ©gislation anti-blanchiment pour justifier cette pratique… qui n’est pourtant, Ă  notre connaissance, pas explicitement obligĂ©e lĂ©galement.

Face au mĂ©contentement de nombreux adhĂ©rents, l’association a demandĂ© des explications lors de la rĂ©cente assemblĂ©e rĂ©gionale de Liège. La responsable anti-blanchiment, Ă  son poste depuis 3 mois, n’a pu donner de rĂ©ponse vraiment satisfaisante. Elle a nĂ©anmoins stipulĂ© que la pratique ne relevait pas d’une dĂ©cision de gestion interne, mais d’une recommandation faite par un avocat belge. On n’en saura pas plus mais on nous a promis de revenir sur le sujet Ă  l’assemblĂ©e gĂ©nĂ©rale d’octobre prochain.

Et alors ?

En attendant, Aviva campe sur sa position : la compagnie renvoie de facto les versements qui ne rentrent pas dans le cadre !

Nous estimons que cette manière de faire est plutĂ´t cavalière car il faut se rappeler qu’antĂ©rieurement, suite Ă  un premier durcissement de la politique d’acceptation des fonds, il avait Ă©tĂ© demandĂ© aux adhĂ©rents des preuves de parentĂ© pour accepter les versements familiaux.

Aujourd’hui, sans prĂ©venir personne, sans avoir mis au point aucune communication, on met les adhĂ©rents face Ă  un mur, ou quasi. Certains diront qu’en rĂ©alitĂ© l’assureur s’en moque car c’est un moyen de dĂ©courager les candidats aux versements sur le Fonds garanti. Car il faut savoir que depuis la fermeture du contrat en novembre 2015, le souhait de l’assureur est de tarir un maximum les versements vu que ceux-ci ont un impact nĂ©gatif sur sa rentabilitĂ© en tant que compagnie. Evidemment, on sait que c’est ratĂ© : le contrat AFER restant le meilleur de sa catĂ©gorie, il continue a susciter les vocations et les reversements se poursuivent Ă  belle allure !

Que faire ?

Pour l’instant, il n’est rien Ă  faire d’autre que de prendre son mal en patience. Sans trop espĂ©rer. Car mĂŞme si une explication sort de l’AG d’octobre, nous doutons que l’assureur change sa politique. Pour une bonne raison : il sera soutenu par les organes de contrĂ´le (en Belgique = FSMA). En effet, rien n’empĂŞche un intermĂ©diaire financier de mettre en place des procĂ©dures plus contraignantes que celles dĂ©finies par la loi, pour autant qu’elles aillent dans le sens du lĂ©gislateur. On Ă©mettra quand mĂŞme des doutes quant au risque de blanchiment lorsqu’un grand-père verse 500 € sur le contrat de sa petite-fille…

Conclusion

En pratique, si vous ĂŞtes dans le cas, attendez le reversement de l’assureur sur votre compte, versez sur le compte Ă  vue du titulaire et indiquez-lui la manière de verser sur son contrat AFER, s’il n’est pas au courant.

15 mai 2017
AFER Europe : les extraits annuels.
En date du 9 juin, vous avez dĂ» recevoir votre extrait annuel 2016 de votre contrat AFER. Si ce n’est pas le cas, tĂ©lĂ©phonez-nous. L’article ci-dessous a Ă©tĂ© (...)
Lire la suite.
Voir toutes les actualités
Contact | Plan du site | Recherche | Un site propulsé par SPIP et mis en toile par Vivao